Un peu de nostalgie

Publié le par Jazz

Comment se forme une amitié ?

Je me rappelle, quand j'étais petite, c'était facile.
Ou plutôt je ne me rappelle pas, c'était tellement facile.

Pourquoi étais-je amie avec Sandrine ou Maud ou Elise, comment en étions-nous arrivées là ?
Nous étions dans la même classe.
Nous nous asseyions ensemble.
Nous jouions ensemble.
Nous aimions bien acheter des Mentosses après la piscine.
Nous avions les même ennemis (tous les garçons -- sauf nos amoureux -- et les filles bêtes qui ne partagent pas leurs jouets mais veulent toujours abîmer les vôtres).
Elle ne me tiraient pas les cheveux.

Je dis ça, mais ce ne sont que conjectures quant à l'origine de ce lien entre nous.

A l'époque peut-être était-ce simplement ni l'une ni l'autre ne faisait attention à ces petits détails, personne ne soumettait l'autre à un examen pseudo-psycho dans le genre de ceux que l'on voit fleurir dans les magazines que l'on feuillette distraitement sur la plage (moi, quand je les fais, je suis toujours dans la bonne tranche. ¤ C'est vrai, je fais toujours partie des "juste comme il faut", celles qui sont entre les timides maladives et les rentre-dedans sans-gêne, ou alors des "super gagnantes qu'elles ont tout compris à la vie" parce que je n'ai pas choici de ivre avec un loser pathologique, que j'ai deux trois projets dans la vie, que je n'ai pas prévu de me suicider à la petite cuillère. Parfois, je n'arrive pas à comprendre que l'on puisse se retrouver dans d'autres catégories que celles où je me situe, mais ça, c'est sans doute parce que je suis une personne dynamique, les pieds su terre mais un peu rêveuse à mes heures, c'est en tout cas ce que dit le dernier psycho-test que j'ai rempli. ¤

Peut-être que, avant, nous nous contentions d'être des animaux un peu intelligents, que l'odeur de l'autre nous plaisait, qu'un truc dans ses yeux nous rassurait, que la manière dont ses doigts appliquaient la peinture nous apaisait.

Je ne sais pas.
Je ne saurais probablement jamais.

Si vous vous souvenez pourquoi vous avez noué des liens d'amitié avec telle ou telle personne pendant l'enfance, merci de partager votre expérience.

Publié dans Je me rappelle...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jazz 19/07/2006 14:04

@Laflote : Voir en l'ami la personne qui nous fait devenir qui l'on aspire à (ou n'ose pas) être, comme si l'ami nous tendait un miroir magique dans lequel on se voit sous un autre jour, comme si l'ami nous disait "hé, mais sais-tu que tu peux être comme ci ou comme ça aussi, alors que tu ne t'en doutais pas ?".Je ne sais pas si ça a été le cas pour moi, mais je trouve ton explication très "thought-provoking" comme on dit Outre-Manche.Je vais voir si j'éprouve ces choses là pour d'autres relations.

Laflote 18/07/2006 17:06

C'est un bien beau sujet que tu évoques là Jazz... Pfiou, pourquoi celle-ci plutôt qu'une autre ??? Surtout quand on est jeune... Parce qu'elle me ressemble, parce que je l'admire, parce que grâce à elle je parviens à faire sortir de moi des choses que je n'osais pas faire ou dire ou penser... ;-) 

Jazz 18/07/2006 11:42

Ca, la maroquinerie, ça aide à créer des liens !C'est gentil à toi d'avoir été la consoler. Moi j'étais plutôt du genre à mettre des baffes à ceux qui pleuraient après le départ des parents, mais j'étais en maternelle... Petite, mais teigneuse, déjà la mère Jazz.

Sev 17/07/2006 11:34

Et bien : le jour de la rentrée de CP, il y avait Célia qui avait le même cartable que moi et elle a pleuré quand sa maman est partie, alors je suis allée la consoler...