Naissance d'une vocation

Publié le par Jazz

Prendre le bus, le métro, le train ou l'avion, c'est toujours une aventure pour moi : il y a des gens, des interactions, des regards, de la promiscuité forcée, des bouts de vie, des colères, des indiscrétions, des déclarations, des coups de théâtre, des entractes, des apartés, des intrigues... Un spectacle vivant.

Si l'on garde les oreilles et les yeux assez grand'ouverts, il est souvent possible d'observer ou de prendre part à des saynètes improvisées drôles, navrantes, secouantes, rassurantes, énervantes ou irréelles, mais toutes intéressantes.



Dans le métro l'autre jour, tout d'un coup, un garçonnet pas plus haut que trois pommes, pas plus vieux que 4 ans et demi, s'écrie ¤ au point de me faire sursauter et exécuter un bond d'neviron 1 mètre au-dessus de mon siège... ¤ comme illuminé par une fulgurance :

- Maman !?
- Ouiiiiii ?
- Quand je serai grand, j'vais faire un film d'action... déclare-t-il crânement, avec une détermination presque inquiétante.
- D'accord mon chéri.
Alors que j'aterrissais sur mon siège, j'ai évité de rire -- il ne faut pas se moquer du rêve d'un enfant ¤ qui a le droit d'faire ça, comme le dirait Patriiiiiiiiiiiiiiiick ? ¤ -- j'ai bien senti que la maman aussi se retenait de pouffer, mais personne n'a réussi à réprimer un large sourire.

Publié dans Transports en commun

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marionette 21/12/2005 12:09

Parce qu'on a le droit de se moquer du rêve d'un adulte?

Jazz 04/08/2005 11:01

Ouais ! Dans ma tête, j'avais l'intense feeling qu'on était virtuellement connected sur ce topic.

La Moole 04/08/2005 00:22

Totale symbiose

Jazz 02/08/2005 10:10

Moi je dis que pour avoir une vocation si précoce, il faut quand même être 'achement aware, tu vois ? Physicalement, mentalement, et dans sa soul. Il arrive à sentir les trends que sa vie va suivre comme guidance. Ouais ? Tu me suis ?

La Moole 01/08/2005 22:27

Si ça se trouve c'est un John Woo en herbe qui babillait à côté de toi. Heureusement que vous vous êtes retenues de rire, ça lui aurait cassé la vocation et c'est Mozart qu'on aurait assassiné... Bon, évidement, s'il avait dit "je veux devenir Jean Claude Vandamme", là, c'était obligatoire de rigoler, en plus tu pouvais le montrer du doigt histoire de l'humilier à vie. Faut pas pousser non plus, c'est vrai quoi, à la fin... sales gosses.