Gold finger (Siam Part. 11)

Publié le par Jazz

Le guide, Chai, me demande si je veux du bonheur.
J’ai confiance en lui, un homme qui parle si bien le français ne peut pas être mauvais.
Je réponds un grand oui. Mettons toutes les chances de notre côté, hein ?

Et là, sous mes yeux médusés, il passe le pouce sur le front d’une tête de bouddha recouverte de feuilles d’or avant d’appliquer les paillettes d’or fin sur mon propre front.

Je suis terrorisée. Il a touché une tête de bouddha avant de me toucher moi.

Je ne pensais même pas qu’on pouvait TOUCHER UNE TÊTE de statue ici.

Je me dis qu’il vient peut-être de me vouer à une damnation certaine dans mes vingt-huit prochaines vies, mais ce n’est pas bien grave, j’ai une compensation : quand le soleil tape sur mon front et que je bouge la tête en cadence, on dirait que je suis une boule à facettes.

Je fais des émules : d’autres gens du groupe demandent à Chai de leur procurer du bonheur, et voilà bientôt une bande de bienheureux au front doré, le sourire aux lèvres, chantant les vertus de l’amour et de la joie, back to the summer of love… ¤ Le sexe, les pétards et les fringues patchwork à franges en moins ¤

 

Nous faisons un petit tour dans le marché à côté des ruines où le Loup acquiert un couteau pour son père ¤ quelle étrange idée…¤ et moi un éventail pour ma propre personne ¤ y’a pas d’raison ¤.

 

Perché sur une branche, un petit garçon à l’air calme parle à sa famille.

Je demande à son père si je peux le prendre en photo avec ma fameuse phrase fétiche. Il accepte, je shoote, je montre la photo au fiston, au papa, à la maman, je remercie tout le monde « khorb khoun kha ».

Le petit garçon dans les branches à Ayuthaya


 Je cours rejoindre mon groupe dans les ruines d’un temple.
Comme d’habitude, c’est beau.

Publié dans On veut des vacances !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article